All posts by sandblog

Writing, dancing, playing, i have differents activities. DEA of modern literature, training on magazine, now my own blog about culture. I continue in this way, discover, reportage...

” Steve McQueen “, ” Pin-up : L’âge d’or du balnéaire “, expositions photographiques à la Galerie Joseph

téléchargement (1) téléchargement

Les années 50 sont mises à l’honneur avec cette exposition consacrée au mythique acteur américain et aux « Pin-up » de l’époque, dans le cadre du Cycle Hollywood, du 7 juillet au 30 août 2017, à la Galerie Joseph, à Paris.

Affiches de films, photographies, photos de tournages, cette exposition est une rétrospective consacrée notamment  à Steve McQueen. Acteur américain de renom, il a toujours incarné un personnage aventurier, un anti-héros, rebelle. Pilote de courses, acteur, il se fait rapidement un nom à Hollywood en débutant avec la série  « Au nom de la loi ».

Il enchaîne ensuite les rôles à Hollywood. Connu pour sa passion des motos, il s’engage pleinement dans ses rôles, en bon élève de l’Actors Studio.

«  L’affaire Thomas Crown », est un de ses meilleurs films, au côté de Norman Jewison. On se souvient encore de la séquence de poursuite automobile dans  « Bullitt » de Peter Yates.

Dans cette exposition, on peut voir différents looks de l’acteur, passionné aussi par les vêtements et les objets : montre Rolex, lunettes de soleil Persol, des blousons Barbour ou Harrigton, des desert boots. Ses vêtements deviennent alors des pièces cultes.

Dans un autre espace, la galerie Joseph, rue des Minimes, expose les clichés de « Pin-up », en maillot de bain, faisant partie du même cycle Hollywood.  On parle d’âge d’or du balnéaire, défini entre les années 40 et 60. On y découvre, en particulier, le maillot porté par Marylin Monroe, personnage incontournable du cinéma hollywoodien. Elle incarne la féminité. Glamour et chic, elle devient un personnage de premier plan. D’autres actrices sont aussi photographiées en maillot : Liz Taylor, Ava Gardner, Jayne  Mansfield , Brigitte Bardot…

L’univers totalement vintage est un réel témoignage. Elégance et glamour  caractérisent ces expositions.

Galerie Joseph

Cycle Hollywood,

 Exposition Steve McQueen style,

116 rue de Turenne, 75003 Paris

(Commissaires d’exposition : Ghislaine Rayer, Patrice Gaulupeau)

Du 7 juillet au 30 août 2017

Vernissage le 11 juillet 2017

Tous les jours, de 11h à 20h,

 

“Pin-up: l’âge d’or du balnéaire »,

6 rue des Minimes, 75003 Paris

Du 4 juillet au 3 septembre 2017

 

http://www.galeriejoseph.com

 

 

 

« Les Etés de la danse », 13e édition avec Alvin Ailey American Dance Theater

téléchargement

Le festival  invite les plus célèbres compagnies de danse. Cette année Alvin Ailey American Dance Theater,  dirigé par Robert Battle, en est au centre, à La Seine Musicale de l’Ile Seguin,  à Boulogne-Billancourt, du 4 au 22 juillet 2017.

Les plus grandes compagnies de danse du monde y participent. Parmi elles,  Alvin Ailey American Dance CenterPaul Taylor Dance Company … .

 

Sa création

Marina De Brantes, présidente et fondatrice de ce festival, est accompagnée de Jean Luc Choplin, responsable du comité de programmation et directeur artistique pour  La Seine Musicale.

Egalement membre fondatrice et présidente du Comité international du New York City Ballet, Marina De Brantes a présenté, l’année dernière, en 2016, un Ballet qu’elle connait bien. La danse est un art qui réunit danseurs et musiciens, scénographes et techniciens.

Le projet du festival a été lancé à cet effet : amener un large public à découvrir l’univers de chaque compagnie de danse invitée.

Les chorégraphies choisies doivent être représentatives de la compagnie ou de l’artiste invité.

Le festival  propose de rencontrer les plus grandes compagnies de danse internationales.

La rencontre ne s’arrête pas au spectacle. Des soirées à thème et des expositions photographiques sont prévues, ainsi qu’un stage de danse.

 

Les compagnies invitées

Les spectacles les plus fameux des années précédentes:

Le San Francisco Ballet était invité en 2005, Alvin Ailey American Dance Center en 2006 et 2009, puis le Ballet National de Cuba en 2007.

Ensuite c’est au tour des Grands Ballets Canadiens de Montréal en 2008, puis du Ballet de Novossibirsk en 2010, et du Miami City Ballet en 2011, les danseurs Mikhail Baryshnikov et Ana Laguna dans des créations originales, Three Solos and the duet en 2010 et Mikhail Baryshnikov dans In Paris en 2011, le New York City Ballet, en 2016.

La compagnie de danse classique et moderne a été fondée en 1948 par les chorégraphes George Balanchine et Lincoln Kirstein. De célèbres danseurs ont fait partie de cette compagnie dont Mikhail Barishnikov.

Alvin Ailey Dance Theater, a été créée à New York en 1958, par Alvin Ailey, inaugure cette année la nouvelle scène du festival.

Ainsi, Robert Battle, directeur de la compagnie depuis 2011,  a choisi de présenter les ballets les plus connus et de nouveaux ballets du répertoire : « Révélations », « Cry », célèbre ballet interprété par Judith Jamison, qui a été directrice de la compagnie.

Une soirée d’ouverture exceptionnelle, avec des artistes fameux, la direction du festival a choisi des ballets historiques et des créations:

Blues Suite (Alvin Ailey/ Chants traditionnel), Ella (Robert Battle/ Ella Fitzgerald), Evolution-Dream (Hope Boykin/ Ali Jackson), Untitled America (kyle Abraham/Laura Mvula), Raime Carsten Nicolai, Kris Bowers et chants traditionnels), After the rain Pas de deux (Christopher Wheeldon, Arvo Part), The Winter in Lisbon (Billy Wilson/ Dizzy Gillespie, Charles Fishman), Piazzolla Caldera (Paul Taylor/ Astor Piazzolla, Jerzy Peterburshsky), The Hunt (Robert Battle/ Les Tambours du Bronx), Night creature (Duke Ellington).Four Corners (Ronald K Brown/ C Hancock, Rux, R.R.Kirk), In/Side (Robbert Battle/ Nina Simone), Revelations (Alvin Ailey/ Chants traditionnels),

 

Les Etés de la Danse

Alvin Ailey American Dance and Theater

 Du 4 au 22 juillet 2017

 La Seine Musicale

L’Ile Seguin,

1 Ile Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt

 

info@lesetesdeladanse.com

http://www.lesetesdeladanse.com/fr/stage

 

« Dark Whispers », exposition photographique de Béatrice Minda

juin16-exposition-minda-daweic-beatrice-minda-511

Artiste photographe, Béatrice Minda s’intéresse aux intérieurs privés.  La série Dark Whispers est exposée au Goethe-Institut,  à Paris, du  16 juin au 3 septembre 2017.

 

Béatrice Minda porte toute son attention à la photographie d’intérieur. Elle accorde, d’autre part, un regard particulier à l’histoire du lieu qu’elle choisit.

Son style photographique lui est propre et  son œuvre  devient témoin d’un temps, d’une situation.

Béatrice Minda a passé son enfance à Munich, en Allemagne. Elle commence à s’intéresser alors aux arts visuels lorsqu’elle intègre l’Université des Arts de Berlin. Elle découvre un domaine qui la passionne et commence très vite à se familiariser avec la technique photographique.

Au côté de Katharina Siaverding, elle se perfectionne et se fait sa propre idée de l’art photographique.

De série en série, on peut voir que son travail est une réelle description d’un univers, d’un lieu.

De nombreuses expositions ont lieu en Europe, entre autres “Monde intérieur”, au Musée Grassi, en 2007, puis la série « L’Iran- Interrupted », au Musée d’Art Contemporain IKOB, en 2013. Les séries ont donné naissance à des livres photographiques.

La série  sur l’Iran est un éventail de lieux intimes, de chambres, de salons prise sur l’instant. L’artiste s’intéresse à l’histoire de ces maisons privées. Ses photographies sont pour la plupart en couleurs, parfois légèrement floues ou travaillées de manière à rendre l’espace plus intime. Le spectateur s’interroge alors.

Aujourd’hui, elle présente une nouvelle série intitulée « Dark Whispers », consacrée à la Birmanie, pays qui a connu pendant des années une dictature militaire. On reconnaît toutes les caractéristiques de son œuvre : la couleur, la sensibilité, le pixel, l’immersion.

 

Interview de Béatrice Minda

 

-Quand avez-vous commencé la photographie ?

BM : Au cours de mes études d’Art  à l’Université Der Künste de Berlin, de 1992 à 1998, j’ai commencé à m’intéresser à l’art libre, à travers divers expériences. Après mes études, je me suis ensuite concentrée sur la photographie plus classique.

 

-Pourquoi avoir choisi de photographier des intérieurs ?

BM : La relation entre l’espace intérieur et extérieur a toujours été un sujet pertinent dans mon travail. Au début de ma carrière, je travaillais toujours en extérieur. Quelques temps après, j’ai commencé  sur les intérieurs. L’espace intérieur a un lien direct avec mon histoire, avec ma biographie.

 

-Recherchez-vous l’intimité de la pièce ? L’histoire de la pièce est-elle importante dans votre travail ? Y-a-t-il un message ?

BM : Je ne recherche pas exactement l’intimité. Je m’intéresse plus au contexte, le lieu historique privé ouvert au public et la situation sociale et historique du pays.

 

-Quel est votre meilleur souvenir dans votre expérience photographique ?

BM : Je retiens de tout cela, les différentes rencontres avec les gens, les situations et les espaces. Ces découvertes ont été pour moi des souvenirs  impressionnants et  marquants.

 

-Quels sont vos projets ?

BM : J’ai l’intention de poursuivre dans cette direction, avec des  intérieurs dans de nouveaux contextes historiques, éventuellement avec un projet photographique en Amérique du Sud.

 

« Dark Whispers », exposition des œuvres de Béatrice Minda

Du 17 juin au 3 septembre 2017

 Au Goethe Institut Paris,

17 Avenue d’Iéna, 75116 Paris

http://www.goethe.de/paris