Musique et cinéma, rencontre avec Hervé Rakotofiringa, compositeur de la musique du film « Le Doudou »

 

Affiche Le DOUDOU.png

 

Le film « Le Doudou » est une comédie réalisée par Philippe Mechelen et Julien Hervé, avec dans les rôles principaux,  Kad Merad et Malik Bentalha. Une histoire drôle où l’objet est au centre de l’intrigue, rythmée par une musique de choix.

 

Il s’agit, en effet, de Michel, interprété par l’acteur et réalisateur Kad Merad, à la recherche du doudou égaré de sa fille. Il se trouve, à ce moment là, à l’aéroport de Roissy et dépose un avis de recherche avec une récompense. Sofiane, interprété par Malik Bentalha, employé de l’aéroport y trouve une opportunité et imagine gagner un peu d’argent.

Mais les choses ne se passent évidemment pas comme prévu et l’aventure qui attend ces deux personnages va donner lieu à des situations et rebondissements hilarants.

C’est une comédie dynamique et pleine de surprises, bien rythmée par la musique, composée par Hervé Rakotofiringa. Le montage donne le rythme du film mais la musique y contribue, étant intimement liée à l’image.

 

Interview d’Hervé Rakotofiringa

-Quelle a été votre première expérience dans la composition de musique de film ?

HR : J’ai commencé très jeune à m’intéresser à la musique de film. Pour m’entraîner, je composais sur des films sortis où la musique existait déjà. Je Coupais le son et je recomposais la musique. Cette expérience était une façon pour moi de me faire la main. Ma première réelle expérience a été la composition de la musique du film « La Squale », réalisé par Fabrice Genestal. Ce film intéressant m’a permis de me lancer sans connaître exactement tous les codes du métier. J’ai appris, entre autres, que l’on doit rassurer le réalisateur.

J’ai abordé la composition de la musique du deuxième film, « La vérité si je mens 2 »,  avec plus d’assurance. Il y avait une pression suite à l’énorme succès du premier film. L’enjeu était différent.

 

-Comment abordez-vous le travail de composition ? Quelle importance donnez-vous au scénario et comment le réalisateur vous guide-t-il dans votre travail ?

HR : Les méthodes sont différentes à chaque fois car les réalisateurs sont différents. Ils ont chacun leur façon de travailler. Je dois être à l’écoute. Certains sont impliqués dès le début dans la musique. Nous commençons à en parler au moment du tournage, parfois même, bien avant, pendant l’écriture du scénario. Je préfère cette méthode qui me permet de m’imprégner très tôt de l’atmosphère du film et de poser des questions au réalisateur. Lorsque je commence la composition au moment du tournage, j’ai plus de difficulté à communiquer car le réalisateur est moins disponible. Le scénario est mon document de travail. Il me permet de rentrer dans l’histoire, de m’approprier l’histoire et de me faire mon film à moi. Je trouve des séquences intéressantes à mettre en musique. Jusqu’au moment où je reçois les premières images du film. Mai le vrai travail se fait avec le réalisateur. Le spotting, qui se fait après le premier montage, est une étape importante où l’on déroule le film. A ce moment là, il y a un vrai échange entre nous où l’on s’interroge sur la place des morceaux de musique dans le film. Pour un compositeur, il est essentiel de savoir que la musique est au service du film. Il faut être prêt à faire le deuil de ce que l’on compose sitôt composé. Le réalisateur découpe parfois les musiques comme il le souhaite pour mieux les adapter aux images et à la longueur des scènes.

Je n’invente rien lorsque je compose, toutes les émotions que le réalisateur a envie de transmettre sont déjà dans le film. La musique est là pour souligner mais je n’amène pas une émotion sur une séquence qui en est vide.

 

-Le film « Le Doudou » est une comédie dont vous venez de signer la musique, comment faites-vous passer l’émotion lorsque vous composez la musique d’une comédie par rapport à un film d’un autre genre ?

HR : J’ai composé des musiques pour des comédies où tout est assez premier degré. La comédie se fait à l’écran. Je ne fais pas de musique « rigolote ». Cela peut arriver mais rarement. Ce sont des gens qui sont dans une situation de vie normale mais avec un léger décalage. J’illustre la normalité visible à l’écran. La comédie, le décalage reviennent au réalisateur. Donc je ne fais pas une musique drôle, elle pourrait parfois être la même dans un drame. J’ai composé des musiques drôle pour des dessins animés, des films d’animation. Par rapport à un film dramatique ou d’aventure, on illustre moins la comédie alors que pour un drame la musique accentue la dramatisation. La musique d’une comédie n’est pas si facilement identifiable. La nuance réside dans le fait qu’une musique de comédie est joyeuse mais n’est pas nécessairement drôle.

-Comment la composition de musique de film vous a-t-elle entraîné sur d’autres chemins, notamment sur la création d’une école de cinéma « Le Plateau » ?

HR : Je crois que je suis devenu compositeur de musique de film pour l’amour du cinéma. Dès mon plus jeune âge, j’allais fréquemment au cinéma, à Madagascar. J’avais à peine cinq ans. J’ai toujours aimé ça.  Il y a quelques temps, un ami réalisateur m’a proposé de s’associer avec lui pour créer une école d’acteur. Le projet a abouti. Il y a un lien dans tout ça, une cohérence.

L’’école, Le Plateau, propose une formation d’acteur. Elle est basée à Montpellier.

Le point commun entre mes différentes activités artistiques est l’amour du cinéma. J’ai une grande admiration pour les acteurs qui font passer les émotions.

Des comédiens et des réalisateurs interviennent régulièrement à l’école pour des Master Class, pour expliquer le métier d’acteur en lui-même, le travail du texte et des émotions et le travail de démarches professionnelles, la préparation au casting, etc.

 

« Le Doudou »,

Réalisé par Philippe Mechelen et Julien Hervé

Avec Kad Merad, Malik Bentalha, Guy Marchand, Ludovic Berthillot, David Salles, Isabelle Sadoyan, Alain Rimoux, Olivier Baroux, Elie Semoun, Julia Vignali

Scénario Philippe Mechelen, Julien Hervé, Nessim Chikhaoui

Producteur Richard Grandpierre

Musique composée par Hervé Rakotofiringa

 

Pathé Film, Distribution

Sortie le 20 juin 2018

 

 « Le Plateau », Ecole de cinéma

à Montpellier

http://www.leplateaumontpellier.fr

LOGO-PLATEAU-2018

thumbnail_RV STUDIO

Publicités


Catégories :Cinéma, Culture, Musique

Tags:, , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :