« Les Prévert en famille » par l’artiste peintre Eugénie Bachelot

53

 

Eugénie Bachelot, artiste peintre, rend hommage à son grand-père Jacques Prévert et sa famillle, en exposant la suite des œuvres inédites, collages et peintures au Pavillon Vendôme, à Clichy, du  16 mars au 18 mai 2017.

 

Artiste contemporaine, étudiante à une époque aux Beaux-arts à Paris, Eugénie a à son actif plusieurs expositions et collaborations.

La dernière en date, « Les Prévert en famille » est la suite de l’exposition « Hommage », présentée à la Cité Véron, dans l’appartement –musée de Jacques Prévert, en décembre 2015. Elle a choisi d’exposer des gouaches et des dessins inédits de Prévert, ajoutant ses créations et des photos.

Sa peinture est influencée par ses proches, les couleurs du côté de sa mère, styliste et coloriste, l’originalité et la simplicité par son grand-père, Jacques Prévert.

Il a su jouer avec les mots. Eugénie le fait avec les couleurs. Sa peinture est créative.

De nombreuses collaborations, notamment celle d’avec la styliste Dorothée De Goroneskoul, créatrice de la ligne de maillot de bain de luxe, révèle son envie de mélanger les arts et les supports.

En effet, pour le lancement de la ligne cuir de maroquinerie, la styliste expose ses œuvres ainsi que les maillots de bain imprimés des toiles d’Eugénie. L’artiste peintre a participé à la collection capsule Eté 2014. Les œuvres “Portrait 70” ou encore “Les Daphnées”.

Elle cofonde le groupe des Dessins partagés avec Alexandra Noat et des Maniacos Esthétiques avec Jérôme Barbe.

Eugénie est créatrice aussi de sculptures-bibelots, souligne-t-elle. La série de peinture « Improvisations », crée en 2014, synthétise ses différentes expériences collectives.

 

Il y a donc un lien entre les travaux de Jacques Prévert et les travaux d’Eugénie : un regard positif et doux sur le monde, une pointe de surréalisme, des œuvres empreintes de légèreté, des histoires de famille détournées, où se mêlent la satire et l’absurde. Prévert se plaisait à employer des mots simples en les juxtaposant avec des images.

Les collages de Prévert sont le reflet d’un monde onirique. Ils montrent son rejet des institutions, sa tendresse pour les femmes et les enfants, son attachement aux animaux.

Il faut rappeler le lien étroit que Jacques Prévert  entretenait avec  les artistes surréalistes de l’époque, avec de nombreux photographes et peintres, ceux qui étaient proches des surréalistes tels que Picasso, Man Ray, Brassaï, Robert Doisneau, Izis, Willy Ronis, André Villers, le décorateur de cinéma Alexandre Trauner. La poésie était aussi pour lui un jeu, sa façon de décrire le monde. Toute expression artistique a chez lui un côté surréaliste.

Une génération après, Eugénie Bachelot, dans sa discipline, crée des œuvres originales avec un sens artistique étonnant.

 

INTERVIEW d’Eugénie Bachelot:

-A quel moment la peinture est-elle devenue une révélation ?

EG : Depuis mon enfance je dessine je fabrique des objets sculptures. Mes parents m’emmenaient en Italie ou très tôt (j’ai fêté mes cinq ans à Venise!) j’ai pu admirer ces tableaux de la renaissance qui m’ont fortement marquée. Lorsque j’allais chez mes grands-parents, je voyais les collages de mon grand-père et les tableaux de ses amis (Picasso, Miro, Calder, Jorn. Tout cela m’a imprégnée, mais ce n’est qu’à 20 ans que j’ai commencé réellement à peindre. J’étais étudiante à l’école Dupéré en textile. C’est en voyant un tableau d’une amie Dorothée Goroneskoul aussi étudiante .C’est assez drôle puisqu’elle est devenue styliste et moi peintre !

 

-L’œuvre de Prévert est si vaste et si riche, comment avez-vous choisi les œuvres de  cette dernière exposition ?

EG : J’ai choisi ce qui me plaisait, me parlait ou ce qui avait un écho direct avec mon travail ou celui de ma mère. Toutes les oeuvres sélectionnées dialoguent ou se répondent par jeux de miroir.

-Les couleurs prédominent  dans vos œuvres picturales, que représentent-elles pour toi ? donnez-vous du sens aux couleurs ?

EG : La couleur me vient  très naturellement. Je n’emploie jamais de noir (je fais  des faux noirs avec des bleus foncés une touche de magenta ….). Lorsque je commence une série j’aime bien avoir des fonds de même couleurs ou une gamme spécifique, cela change selon mon humeur ou ma recherche du moment. Je pense que les couleurs sont un profond vecteur d’énergie et je ne conçois pas autrement ma peinture, à l’exception du jaune qui était choisi délibérément à un moment. Le jaune est une couleur mal aimé et chargé de symboles. Je n’ai pas une approche conceptuelle de la couleur.

-Cette exposition met en avant les œuvres artistiques de trois générations, votre grand-père, votre mère et vous ? trouvez-vous un dénominateur commun ?

EG : Vivre au milieu d’oeuvres ou voir un parent dessiner, coller peindre n’est pas anodin. Il faut imaginer les discutions d’amis peintres, les expositions, les virés chez les bouquinistes pour aller récolter des images. C’est ce qui est arrivé à ma mère, puis à moi est maintenant c’est à mon tour de guider mes enfants dans cette amour pour les images !

Dans cette exposition, on retrouve le goût commun pour les fruits, les fleurs, les planches anatomiques. Et je crois une manière de planter le décor, de poser des formes de manières bien affirmées et toujours sur un fond. La couleur elle est partout présente avec des associations non académiques.

 

-Quelle est l’œuvre de Jacques Prévert qui vous touche le plus aujourd’hui ?

EG : C’est toujours difficile de choisir ! Dans cette exposition ce serait son dernier dessin. “La pythie vient en vengeant “. 

-Jacques Prévert a dit « Quand quelque chose me plaît, je le découpe et je le mets dans un tiroir. Mais il faut que ça me plaise ». Procédez-vous de la même façon pour vos créations ?

EG : Oui,  c’est une manière de procéder dont je suis proche. Choisir un sujet ou une image point de départ, la mettre de coté et ensuite la retranscrire l’aimanter en peinture. Cela peut s’approcher de se nourrir d’éléments et ensuite de les laisser remonter à la surface. Ce procéder peut se faire de manière inconsciente. Jacques Prévert disait qu’avec ses collages, il réunissait des choses qui avaient été séparées.

-Préparez-vous une prochaine série ?

EG : Pour le moment, je me pose. Je dessine à nouveau. J’observe les dernières peintures, pour tirer le fil des prochaines. Je procède toujours de la même manière, pour qu’il y est toujours une continuité.

 

Les Prévert en famille, collages, peintures et autres bizarreries

Œuvres de Jacques Prévert, Michèle Prévert et Eugénie Bachelot

Exposition d’ Eugénie Bachelot

 

Pavillon Vendôme,

7 rue du Landy, 92110 Clichy

Tél 0147153105

Pavillon.vendome@ville-clichy.fr

Advertisements

One thought on “« Les Prévert en famille » par l’artiste peintre Eugénie Bachelot”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s