“Les années 50-60”, exposition des oeuvres photographiques de Marc Held à la Voz’Galerie

Designer, architecte, photographe, reconnu pour ses créations dans les années 60-70, Marc Held expose  ses oeuvres photographiques à la Voz’Galerie, galerie d’Art Contemporain, située à Boulogne -Billancourt, du 16 janvier au 30 mars 2014.
 
Photographe, designer et architecte
Marc Held a un parcours atypique. Il commence par enseigner l’éducation physique pour se lancer quelques années plus tard dans la création d’objets d’art, l’architecture et la photographie. Il fonde, dans les années 60, l’agence d’architecture et de design Archiforme. Puis, Marc Held ouvre une boutique de design à Paris, L’Echoppe. Différentes expositions auront lieu à L’Echoppe, rue de seine à Paris.
 
Les années 50-60: une photographie humaniste
A cette époque la société est en pleine mutation. Le climat est plutôt positif, la société évolue, change. On aspire à la libération des moeurs. Marc Held, créateur, réalise des objets de créations innovants et attirants, aux couleurs de l’époque. Parallèlement, il réalise une série de photographies inédites, redécouverte aujourd’hui, Agnès Varda signe la préface du livre photographique publié récemment, « Photographies 1950-1960 ».
Caractéristiques des oeuvres
L’oeuvre du designer la plus célèbre est le fauteuil Primo Culbuto, siège en fibre de verre, pivotant et basculant, avec contrepoids et butées de sécurité. Fauteuil pop, de couleurs vives, il est édité par Knoll, en série limitée puis sera exposé au Musée des Arts décoratifs de Paris . 
 
Les oeuvres les plus connues sont les lits en plastique, les étagères en contreplaqué, en câbles tendus, les meubles en bois de teck massif et la porcelaine.
 
Interview: Marc Held
 
-Comment êtes-vous passé de la photographie à l’architecture puis à la création d’objets d’art?
MH: Professeur d’éducation physique, la photographie est arrivée dans ma vie un peu plus tard. Je me plaisais à photographier la Corrèze, les paysages urbains, les chanteurs de jazz dans le quartier Latin à Saint Germain des Prés. Plutôt autodidacte, j’étais passionné par l’image. Après la création de différents objets, j’ai renoué avec l’architecture. Un livre, édité par la maison d’édition Norma (2009), écrit par Eric Germain, “Du design à l’architecture“explique cette transition.
 
-Les années 50-60, pensez-vous que le climat était propice à la création? quel est votre sentiment sur cette époque au sujet de l’envie de liberté, de l’élan vers la modernité,et du milieu artistique?
MH: Le climat était à cette époque infiniment plus propice à la création. Les affaires se développaient dans les années 50, il y avait du travail pour tout le monde. Le climat optimiste était ouvert à la création. L’époque était intéressante. On ressentait cet infini besoin de rafraîchissement, de libération des moeurs. Je me souviens de ce désir de rajeunir cette vieille France poussiéreuse. Les designers en ont profité pour exprimer ce besoin. C’était une époque fluctuante.
 
-“Culbuto”, le siège, est votre création la plus célèbre, qu’en pensez-vous?
MH: «Culbuto» est une des rares création fondée sur un nouveau mode de fonctionnement. On était directement sur la base de l’objet. C’est une vrai nouveauté autant sur le plan technique que sur le plan formel. On peut toujours créer mais pour ce projet la nouveauté est fondée sur un mode de fabrication différent, apportant un changement profond, structurel.
 
-Les séries photographiques reflètent une époque et fixe l’instant. Que voulez-vous montrer à travers ces tirages? 
MH: La photographie fixe un instant et témoigne d’un fait, d’une époque, d’un instant. Lorsque j’ai commencé à photographier les gens autour de moi, des gens entre 20 et 30 ans, des jeunes gens, j’avais envie de garder une trace. Les gens qui m’entouraient à cette époque m’interpellaient. J’avais de l’empathie pour tous ces enfants, le climat était joyeux. Ces enfants jouaient dans les rues avec simplicité.
La photographie en noir et blanc à cette époque apporte plus de profondeur à ces images. 
Mes photos sont optimistes. Il y avait une foi dans l’avenir de l’homme. C’est une période de ma vie où la croyance avait toute sa place. Photographier des gens dans la rue, c’est regarder les autres et se laisser pénétrer par les autres.
 
 
Exposition Marc Held, Les années 50-60
Du 16 janvier au 30 mars 2014
Du mercredi au samedi de 14H30 à 19h30
 
VOZ’Galerie
41 rue de l’Est 92100 Boulogne
La VOZ’Galerie est membre de l’association Carré sur Seine.
Advertisements

One thought on ““Les années 50-60”, exposition des oeuvres photographiques de Marc Held à la Voz’Galerie”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s